Alors que le pouvoir d’achat apparaît comme une préoccupation majeure, le Premier ministre a confirmé le 28 novembre qu’il n’y aurait qu’une « revalorisation légale » du Smic, le salaire minimum de croissance, au 1er janvier et donc pas de « coup de pouce ».