Le moral des consommateurs britanniques n’est pas au mieux ce qui ne les incite pas à consommer.

Près de 150.000 emplois ont été supprimés dans la distribution au Royaume-Uni en 2018, rapporte une étude publiée ce lundi 24 décembre par Press Association (PA), que nous citons dans cet article.

En cause, le commerce physique, qui a subit l’impact important des ventes en ligne ainsi que la chute du moral des consommateurs britanniques et des loyers trop élevés.

Si en France, le mouvement contestataire des « Gilets jaunes » a contribué à faire le bonheur des plateformes de ventes en ligne, qui ont vu leur fréquentation augmenter en raison de la fermeture des commerces physiques qui craignaient les assauts des manifestants, elles ont également le vent en poupe outre-Manche.

Tellement que 148.132 emplois ont été supprimés dans le secteur de la distribution et près de 20.000 commerces et restaurants ont mis la clé sous la porte au Royaume-Unis cette année, rapporte une étude publiée ce lundi 24 décembre par Press Association (PA).

Selon ce rapport, cette saignée s’explique par les difficultés traversées par le commerce physique au Royaume-Uni, un phénomène qui a constitué l’un des faits marquants de l’année pour les entreprises.

Pour cause, plusieurs cas ont été très médiatisés : des enseignes de grand magasins Marks and Spencer, Debenhams ou encore House of Fraser ont annoncé tour à tour des fermetures d’établissements entraînant des milliers de suppressions d’emplois.

De nombreuses sociétés de plus petite taille ont aussi été touchées.

Concurrence du commerce en ligne et moral des consommateurs en berne

L’explosion des ventes en ligne a souvent été citée parmi les causes des problèmes du commerce physique britannique. Les professionnels du secteur désignent aussi souvent la cherté des loyers de l’immobilier commercial et de la taxe foncière, un impôt indexé sur la valeur foncière du terrain où les boutiques sont installées.

Depuis quelques mois, les commerçants doivent de surcroît composer avec un moral défaillant des consommateurs, dont le pouvoir d’achat a été comprimé pendant des années et qui voient avec inquiétude se prolonger les incertitudes autour des conditions du Brexit prévu le 29 mars.

La confiance des consommateurs britanniques est tombée au plus bas depuis cinq ans en décembre, selon une étude publiée vendredi 21 décembre par l’institut d’analyses économiques GfK.

Les grandes chaînes britanniques de commerce alimentaire et d’habillement publieront à partir du début janvier 2019 les résultats de la période cruciale des fêtes de fin d’année.

Dans la montée vers cette apogée commerçante de la fin décembre, les ventes au détail se sont bien tenues au mois de novembre, a annoncé jeudi 20 décembre l’Office des statistiques nationales (ONS) qui a fait état d’une progression de 1,4% sur un mois.

Ces données ont surpris les observateurs après les avertissements lancés par de nombreux professionnels évoquant des conditions très difficiles en novembre.

Une partie de cette bonne performance pourrait toutefois s’expliquer par les promotions massives concédées par les commerçants pour convaincre une clientèle hésitante, particulièrement pendant la période du « Black Friday ».

Sourcing: latribune.fr, avec AFP